Canadian Allergy, Asthma and Immunology Foundation

Fondation canadienne d'allergie, d'asthme et d'immunologie
caaif@rcpsc.edu

• Home • Donations • Brochures • Events Calendar • Awards Recipients • Health Advisory • Professional Information • Public Information • Research •

Disclaimer

Board of Directors

Links

Fellowship

CSACI
Newsletters

What's New

L'allergie aux animaux
John Weisnagel, MD

Les animaux sont une cause importante de manifestations allergiques telles que:

  • rhino-conjonctivite (éternuements, écoulement nasal, picottement du nez et des yeux, des yeux rouges et larmoyants)
  • blépharite (enflure des paupières surtout avec les chevaux par exemple)
  • asthme (crises de toux, essoufflement, silement ou "wheezing"
  • urticaire survenant souvent avec la salive (des chats ou chiens)
  • eczema (ou la dermite atopique) qui peut aussi être aggravée ou entretenue.

animaux domestiques, (chats, chiens, lapins, etc)
animaux de ferme, (vaches, chevaux, entre autres)
animaux de laboratoire (souris, rats, cobayes, etc)

Les allergènes des animaux sont présents dans

  • les poils,
  • les squammes (pellicules),
  • dans la salive et
  • dans l'urine (surtout pour ce qui est des animaux de laboratoire.)

Il n'est pas nécessaire de toucher à l'animal pour avoir des symptômes, seulement être en présence de l'animal suffit pour réagir. Les moins sensibles voient leur symptômes apparaître que lorsqu'il touche à l'animal et se touche, par la suite, surtout aux yeux.

Dans bien des cas les symptômes de rhinite et / ou de conjonctivite sont tolérés et ne sont pas un problème sérieux, mais malheureusement, trop souvent, les animaux, surtout les chats, sont la cause d'asthme, chez l'enfant comme chez l'adulte, et ceci même si connu et témoigné par le patient et son entourrage, n'est pas accepté et le traitement évident, l'évitement, pas fait.

Traitement:
Faire sortir l'animal de la pièce ou de la maison ne change à peu près rien la plupart du temps. Le seul traitement qui soit efficace est l'évitement: ne pas garder l'animal (ou les animaux) auquels on est allergique et les éviter complètment. Le résultat est une diminution de l'allergie progressivement avec apparition plus lente, et moins évidente des symptômes au contact avec l'animal, et possiblement une disparition éventuelle de l'allergie.

Ce résultat est observé de façon claire et rapide s'il s'agit d'un début d'allergie à l'animal, moins apparent s'il s'agit d'une allergie à l'animal depuis des années.

La désensibilisation (immunothérapie) des allergiques aux animaux est théoriquement possible et efficace selon les dernières études publiées, mais actuellement n'est pas fiable, et pratiquement pas possible à cause des nombreuses réactions survenant au cours du traitement.